NOUVELLES
La Force du Réseautage

NOS CHRONIQUEURS
 
#56 Les protéines végétales vivantes

MODE DE VIE ET MIEUX-ÊTRE

 

Pierre Choinière N. D.

Membre du C.N.Q. et de la

Société ÉducoSanté

 

                                          CHRONIQUE #56

 

                                       Les protéines végétales vivantes

 

Les protéines végétales dites vivantes sont en fait des protéines prédigérées issues du processus de la germination. Les acides aminés qui découlent de ce processus naturel sont  facilement disponibles à l’organisme et sont d’une qualité parfaite. Étudions cette question de plus près.

 

Un peu de physiologie

Notre corps est constitué d’une quantité incroyable de protéines. Un coup desséché, la moitié de ce qui reste de notre corps est constitué de protéine. Notre organisme a besoin de 100 à 300 acides aminés distincts pour former une molécule de protéine. Suivant la disposition que le corps décide de donner à la chaîne d’acides aminés qu’il construit, une nouvelle protéine est créée. Les protéines ont de multiples fonctions dans le corps : par exemple, l’hémoglobine, avec ses 580 acides aminés, constitue la protéine des globules rouges. La kératine tant qu’à elle, constitue la protéine des cheveux et des ongles.

 

Les sources de protéines

Chaque acide aminé arrive dans le sang après avoir été obtenu de la dissociation des protéines par le système digestif. Il est admis que la viande, le poisson et les œufs sont les meilleures sources de protéines complètes alors que les céréales, les légumineuses, les fruits et les légumes en sont des sources incomplètes.

En tout, le corps requiert 22 acides aminés différents pour organiser toutes ses protéines. De ce nombre 9 sont dites essentielles car notre corps ne peut en réaliser la synthèse (l’histidine est synthétisée par l’organisme humain mais, lors de la croissance, il n’arrive pas à en fabriquer en quantité suffisante.).

Pour être qualifié de complète, une source de protéine alimentaire doit donc contenir tous les acides aminés essentiels et dans des proportions équilibrées par rapport aux autres. On reconnaît cependant aujourd’hui que les 3 meilleures sources de protéines généralement admises (viande, poisson et œufs) sont également riches en gras saturés (sauf le poisson) et de se fait se retrouvent liées à de nombreuses maladies cardio-vasculaires ainsi qu’à un taux de cholestérol élevé. Heureusement, il existe d’excellentes sources de protéines végétales.

 

Les protéines végétales

À première vue, puisque les sources de protéines végétales sont incomplètes, les végétariens se retrouvent en bien mauvaise position en ce qui concerne leurs sources d’approvisionnement en protéines. Heureusement, à bien y regarder, il n’en n’est rien. On peut même dire et de nombreuses études le confirment, que les protéines de sources végétales et en particulier celles qui sont passées par le processus de la germination, sont plus avantageuses pour le corps humain que les protéines de sources animales.

 

Les avantages des protéines végétales vivantes

De plus en plus on reconnaît que les protéines végétales vivantes issues de grains, graines et de noix germées, lacto-fermentées ou consommées sous forme de pousses constituent la source la plus concentrée en acides aminés facilement bio disponible.

Une première étude importante au sujet de la valeur protéique des germinations a été effectuée durant la deuxième guerre mondiale. À cette époque, le Dr McCay, de l’Université Cornell (spécialisé en nutrition), fut engagé par le gouvernement américain pour trouver des substituts de protéines à toutes les viandes et sous produits animaux car ils risquaient de se retrouver en pénurie. La conclusion du Dr McCay fut que le soya germé et d’autres légumineuses pourraient complètement combler les besoins en protéines encourus par une telle pénurie. Il participa à une campagne de sensibilisation en écrivant des articles dans des publications gouvernementales mais la pénurie n’eut pas lieu et la sensibilisation des Américains à la valeur des graines germées fut malheureusement abandonnée. 

 

Plus récemment, le Dr J. Bland, professeur de biochimie nutritionnelle à l’Université du Puget Sound affirmait que cinquante grammes (environ ½ tasse) de lentilles sèches, une fois germées, fournissait la quantité journalière recommandée de protéines pour un adulte mâle. Le Dr Bland concluait que les graines germées pouvaient fournir une proportion significative de nos protéines journalières dans une forme sécuritaire et peu coûteuse, comparativement aux autres sources de protéines végétales et animales.

 

Chantal et Lionel Clergeaud, auteures de « Graines germées et Jeunes pousses) soulignent qu’en plus d’offrir une pré digestion des protéines, les enzymes contenus dans les grains en processus germinatif, et c’est là le miracle de la germination, en synthétisent de nouvelles. Ainsi, lors de ce processus, des acides aminés comme la lysine, la cystine, la méthionine, la phénylalanine et la thréonine sont dans certains cas presque doublés. Les Clergeaud en déduisent que les céréales et les légumineuses germées représentent un apport protéique de premier choix (pré digestion) et que le taux protéique qu’elles fournissent est supérieur à celui de la viande et des sous-produits animaux en quantité et en qualité (présence de tous les acides aminés essentiels).

 

Associer les légumineuses et les céréales

Pour s’assurer un apport d’acides aminés essentiels adéquat, il est recommandé de manger au même repas deux sources de protéines végétales. Les légumineuses (source de lysine) et les céréales (source de méthionine) se prêtent bien à cet effet. Par exemple on peut constituer un plat incluant maïs et haricots comme en Amérique centrale ou encore les pois chiches et le blé comme en Méditerranée. Ce type d’association permet de jouir des bienfaits des céréales et des légumineuses autant au niveau de leurs protéines que de leurs fibres, vitamines et composés phytochimiques.

 

De tout ceci on peu retenir deux choses. Premièrement que les céréales et les légumineuses sont deux excellentes sources de protéines et deuxièmement que la germination effectue une pré digestion sur elles rendant leurs acides aminés facilement disponible.

 

Bonne semaine à tous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CO2 ?
MINI-SITES

Réseau Écolo Inc.
Defiweb

PUBLICITÉ
 
Copyright © 2007 Reseauecolo.ca
Login