NOUVELLES
La Force du Réseautage

NOS CHRONIQUEURS
 
# 50 Petites germinations aux grands bienfaits

MODE DE VIE ET MIEUX-ÊTRE

 

Pierre Choinière N. D.

Membre du C.N.Q. et de la

                                                  Société ÉducoSanté

                                

                                           CHRONIQUE # 50

 

Petites germinations aux grands bienfaits

 

J’aimerais attirer votre attention sur quelques données fort intéressantes aux sujets des germinations. Celles-ci sont principalement des grains et des graines consommés lors de leur processus de germination. Elles constituent une partie déterminante du menu

des adeptes de l’alimentation vivante. Les germinations comme les pousses de tournesol ou la luzerne germée se retrouvent de plus en plus facilement dans nos marchés d’alimentation et pour ceux qui le désirent, elles sont faciles à produire dans notre propre cuisine. Elles se rajoute donc judicieusement à un menu dit « d’aliments vivants » constitué principalement de légumes et de fruits frais de même que de leur jus, de grains et graines, de noix, de pousses vertes, d’algues et d’herbe de blé et finalement, de légumes fermenté naturellement comme la choucroute.

 

Comme les analyses le prouvent, les germinations regorgent de nutriments facilement bio disponibles pour l’organisme humain. Elles cadrent parfaitement dans une diète santé. Par leur mode de culture facile et économique elles pourraient offrir une solution à la crise alimentaire mondiale.

 

La transformation des protéines en acides aminés

Lors de la germination, les enzymes (protéases) de la graine, du grain ou de la noix entrent en action et dissocient une partie des protéines en acides aminés adaptés au besoin de la croissance du végétal. Du même coup elles rendent ces protéines végétales directement assimilables pour le système digestif humain. La quantité d’acides aminés contenus dans les aliments issus de la germination est supérieure à celle de la viande et ses sous-produits.

En ce qui concerne les céréales et les légumineuses, le taux de lysine, cystéine, méthionine, phénylalanine et de thréonine (tous des acides aminés) se voit presque doublé par la germination. Cette production d’acides aminés fait dire à plusieurs que les protéines issues de la germination sont prédigérées et dans bien des cas, « complètes ».

Un autre composé protéique, les nucléotides (ADN et ARN) se retrouvent en grande quantité dans les germinations. Ils ont un rôle important en tant que coenzyme dans la réponse immunitaire.

 

La transformation des amidons en glucides

L’amidon est un sucre complexe qui est réduit en maltose et en glucose, deux sucres simples, par les enzymes lors de la germination. Le processus de simplification est similaire pour les autres glucides contenus dans les grains, graines et noix. Au bout de 7 jours les sucres simples sont multipliés par 50, au bout de 12 jours la presque totalité des différents glucides se retrouvent dans leur forme la plus simple, facilement assimilable pour l’organisme humain.

 

 

 

 

La synthèse des vitamines

À l’image d’une usine, le processus de la germination crée des vitamines à une vitesse et en quantité telle qu’elles sont considérées comme la meilleure source. Selon le Dr Bailey (Université du Minnesota), la vitamine C du germe de blé augmente de 600 % dans la première journée de germination et la vitamine E triple en 4 jours. Selon l’asiatique Wai Tso Bishop, les fèves de soya doublent leur carotène en 48 heures et augmente de 280 % en 54 heures et puis de 370 % en 72 heures. Toutes les vitamines se retrouvent sous des formes moléculaires idéales pour leur assimilation et sont multipliées lors du processus de germination.

 

Les composés de minéraux facilement assimilables

Lors de la germination les minéraux sont associés à des acides aminés. Ce phénomène biochimique naturel est appelé chélation et a pour résultat de rendre les minéraux facilement absorbables pour l’être humain. Tout comme pour les vitamines, la quantité et la qualité des minéraux se multiplient par deux et même par trois grâce à la germination. Ceci fait en sorte que les aliments germés consommés frais sont parmi les meilleures sources de minéraux alimentaires. Pour illustrer ce fait je citerai M. Cayla de la revue Nature et Progrès de Paris qui explique que dans 100 grammes de blé on retrouve 423 mg de phosphore et 1050 mg lorsque ce même blé est germé, il en va de même pour le magnésium qui passe de 133mg à 342 mg et du calcium qui passe de 45mg à 71 mg.

 

Au chapitre des nutriments, ces quelques chiffres démontrent l’importance que peut prendre la consommation des germinations dans l’alimentation humaine.

 

Bon appétit

CO2 ?
MINI-SITES

Réseau Écolo Inc.
Defiweb

PUBLICITÉ
 
Copyright © 2007 Reseauecolo.ca
Login