NOUVELLES
La Force du Réseautage

NOS CHRONIQUEURS
 
# 6 L’ÉNERGIE VITALE (deuxième partie)

CHRONIQUE # 6 L’ÉNERGIE VITALE (deuxième partie)

CHRONIQUE

MODE DE VIE ET MIEUX-ÊTRE

 

 

 

Pierre Choinière n.d.

Membre du C.N.Q. et de la

Société ÉducoSanté

                                

 

 

 

Comme nous l’avons vu dans la première partie de ma chronique consacrée à L’ÉNERGIE VITALE, nous sommes, entre autres sources, nourris énergétiquement par la lumière. Quand cette énergie se déplace rapidement (à la vitesse de la lumière ou encore plus vite), elle a pour fonction d’organiser les systèmes génétiques (génomes) ainsi que la réparation cellulaire. Nous avons aussi appris que l’énergie chimique est elle aussi composée de particules de lumière (bradyon), et qu’elle se déplace moins vite que la lumière. Son rôle étant d’agir sur le métabolisme basal sous forme d’énergie calorique.

 

La lumière naturelle qui nous parvient du soleil est donc bel et bien un facteur de vie et D’ÉNERGIE VITALE. La lumière imprègne tout. La nature a tout de même prévu un relais énergétique entre la matière et la lumière, une sorte de lien facilement accessible : l’eau. En effet, de nombreux chercheurs ont démontré que l’eau intracellulaire agit en tant que réservoir de photons en ce sens qu’elle peut les emmagasiner puis les restituer aux cellules. Elle tient donc un rôle fondamental dans la formation et l’animation de la matière vivante (règne végétal et animal dont l’homme fait partie.) puisque celle-ci renferme toujours une certaine quantité d’eau. Ces constatations nous amènent à explorer les notions d’alimentation vivante en tant que fournisseur d’énergie.

 

Les trois constituants alimentaires que sont les glucides, les protides et les lipides se retrouvent dans des proportions diverses dans tous les aliments. Ils peuvent être utilisés en tant qu’énergie calorique sous forme d’ATP (adénosine-triphosphate). Ce phénomène est bien connu et compris. Le fait que les aliments crus, vivants nous apportent l’énergie de la lumière l’est beaucoup moins. Il est même rejeté, plus souvent qu’à son tour, par les milieux scientifiques officiels. Cette situation est déplorable, car les personnes qui font autorité en matière de nutrition et de médecine commettent certainement un abus de pouvoir en dénigrant certaines réalités sans en connaître les fondements scientifiques.

Ainsi, le 25 janvier 2008 j’entendais le Dr David Servan Schreiber à l’émission de Christiane Charette à 9 h10 à la radio de RADIO-CANADA répondre à un interlocuteur téléphonique. L’homme d’un certain âge lui confiait qu’il privilégiait les aliments crus dans son alimentation et que ceux-ci étaient en bonne partie responsables de son excellent état de santé. Après l’appel M. Servan Schreiber ne manqua pas de souligner à son auditoire qu’« aucune étude scientifique ne démontre que les aliments crus ont plus de valeurs, mais que lorsqu’une personne croit en quelque chose, en l’occurrence en la valeur des aliments crus, ceux-ci deviennent, en quelque sorte, bénéfiques pour lui. ».

Le fait est que les études qui démontrent de telles propriétés existent bel et bien, mais qu’elles n’ont tout simplement pas été consultées par le Dr Servan Schreiber. Le naturopathe J.C. Magny dans son excellent livre LA NATUROPATHIE APPRIVOISÉE rapporte plusieurs études scientifiques concernant l’énergie des aliments. Par exemple, il site le Dr Fritz-Albert PoPP qui a réussi à analyser in vitro l’activité biophotonique des cellules de même que le Dr Georges Lakhovsky médecin et savant d’origine russe qui a réussit à associer le rayonnement cosmique à la nutrition d’organismes unicellulaires et a démontré que la croissance de l’organisme ainsi que la conservation de la vie ne dépendent pas exclusivement de la nourriture chimique, mais également des rayonnements cosmiques.

Je porte un grand respect envers Dr Servan Schreiber de même qu’à son ouverture à toutes les alternatives aux traitements médicaux conventionnels. Cependant, comme pour plusieurs médecins et pour des raisons qu’il décrit lui-même dans son livre ANTICANCER, l’ouverture d’esprit indispensable à tous scientifiques n’était pas présente dans sa réponse. Cette « fermeture » est préjudiciable, car nous nous forgeons nos opinions à partir d’études et d’avis d’expert. Je crois que le commentaire du Dr Servan Schreiber aurait du commencer par « À ma connaissance… ». Il aurait ainsi évité tout caractère définitif à son commentaire.

Quoi qu’il en soit, je rêve du jour où les aliments vivants crus et biologiques constitueront 75 % et plus de notre assiette. Alors, nous bénéficierons vraiment d’une nutrition complète selon toute l’information que j’ai à ma disposition actuellement. Ces aliments nous procureraient toutes les protides, glucides, lipides, fibres, vitamines, minéraux, enzymes, prébiotiques et probiotiques, de même qu’une panoplie de substances phytochimiques et de particules d’énergie et d’eau transporteuse de vitalité. Avec toute cette ÉNERGIE VITALE, il est fort à parier que, quoi qu’en pensent certains, notre santé serait resplendissante dans toutes nos cellules.

 

Je vous laisse en vous proposant deux bons livres concernant l’alimentation vivante :

 

Ø      L’ALIMENTATION VIVANTE, le miracle de la vie, Michele Karen, éd. Vivez Soleil

 

Ø      RECONSTRUISEZ VOTRE SANTÉ PAR L’ALIMENTATION VIVANTE, Diane Perron éd. Chlorophylle

 

Merci et bonne semaine!

 

 

 

CO2 ?
MINI-SITES

Réseau Écolo Inc.
Defiweb

PUBLICITÉ
 
Copyright © 2007 Reseauecolo.ca
Login