NOUVELLES
La Force du Réseautage

NOS CHRONIQUEURS
 
# 40 « Diverticulose et diverticulite »

CHRONIQUE # 40

« Diverticulose et diverticulite »

 

MODE DE VIE ET MIEUX-ÊTRE

Pierre Choinière N. D.

Membre du C.N.Q. et de la

Société ÉducoSanté

                       

La diverticulose se définit comme étant l’existence de diverticules dans le gros intestin. La diverticulite doit être considérée comme une complication de la diverticulose. Elle est en fait l’inflammation des diverticules. Il s’agit donc d’un problème plus grave.

 

Les diverticules

 

Ce sont de petites hernies (poches) rencontrées au niveau du côlon (gros intestin) dans lesquelles peuvent aller se loger les déchets fécaux et toxines multiples. Elles se forment au niveau des points faibles de la musculature intestinale (paroi de l’intestin). Groupées par 3 ou 4, leur grosseur varie d’un pois à une cerise. Les diverticules sont souvent le résultat d’un intestin plus ou moins étiré par la présence de matière fécales durcies et mal éliminées (constipation). Des années de constipation affaiblissent les membranes muqueuses du côlon et obligent la personne à faire des efforts pour expulser les selles durcies, efforts qui donnent naissances à ces petites poches. Celles-ci ne posent pas vraiment de problème tant qu’elles ne se remplissent pas de matière fécale et de toxines et tant qu’elles ne génèrent pas d’inflammation ni d’infection.

 

La diverticulose

 

La diverticulose (présence de plusieurs diverticules) rend l’intestin particulièrement fragile. La diverticulose se rencontre chez environ 30% des personnes âgées de 45 ans et plus. Une personne sur cinq atteintes de diverticulose développera éventuellement une diverticulite.

 

La diverticulite

 

La diverticulite est l’inflammation des diverticules. Cette condition peut parfois conduire à une perforation des diverticules avec risque de favoriser la propagation de l’infection dans la cavité abdominale (péritonite), rendant nécessaire un traitement d’urgence.

 

La constipation, l’obésité, le stress, le manque d’exercice, un régime alimentaire inadéquat, riche en gras et en sucre tout en étant pauvre en fibres, le manque d’hydratation, la mauvaise digestion sont les principales causes qui mènent à la diverticulite. Il est à remarquer que, inconnu au Japon, la diverticulite apparaît cependant chez les Japonais immigrés aux États-Unis qui ont adopté l’alimentation américaine, pauvre en fibre et en cellulose.

Les symptômes de la diverticulite

 

Lorna R. Vanderhaeghe, spécialisée en médecine douce nous apprend ceci : « les crampes, les nausées, la constipation et la sensibilité abdominale sont les symptômes typiques de la diverticulite. Le côté gauche de votre abdomen peut être sensible, mais la douleur diminue lorsque vous avez des gaz ou lorsque vous allez à la selle. S’il y a du sang dans vos selles, avertissez immédiatement votre médecin ».

 

Le traitement de la diverticulite

 

Le traitement de la diverticulite repose essentiellement sur la correction des mauvaises habitudes de vie :

 

·        Dans la mesure où les crudités sont bien tolérées, il faut en consommer abondamment. Si l’intestin est trop irrité une alimentation liquide (jus) ou semi liquide (compotes, purée, etc.) est indiquée. Les légumes cuits à la vapeur sont, eux aussi, recommandés;

·        Il faut absolument lutter contre la constipation en augmentant le volume du bol fécal et en lui permettant de mieux circuler. Ce sont les substances mucilagineuses (graines de lin et de psyllium) qui sont les plus indiquées ici. Elles sont sans danger et peuvent être consommées à tous les jours. Suivez un régime riche en fibres et assurez-vous de boire 8 à 10 verres d’eau pure et filtrée par jour. Pour chaque verre de jus ou de boisson (alcool, café, thé, liqueur, etc.) que vous buvez, ajoutez un verre d’eau supplémentaire.

·        Ne mangez pas d’aliments contenant des graines autres que les graines de lin et le psyllium jusqu’à ce que votre système digestif fonctionne de nouveau normalement. Pour les intestins les plus fragiles il peut être bon de moudre ces graines avant de les consommer.

·        Si vos symptômes s’aggravent après avoir mangé des aliments gras, il se peut que votre production de bile soit insuffisante. Il faut alors simplifier les menus pour permettre la meilleure digestion possible. Il faut aussi éviter toute forme de suralimentation. Des plantes comme la racine de pissenlit, le plantain, le boldo, l’artichaut de même que la lécithine, sont des alliés de la vésicule biliaire et du foie.

·        Faite régulièrement de l’exercice pour améliorer votre apport en oxygène, votre circulation sanguine et votre transit intestinal;

·        Prenez des probiotiques quotidiennement, ils réduisent l’inflammation des parois intestinales, favorisent l’élimination, améliorent la flore intestinale et réduisent le nombre de bactéries nuisibles dans l’intestin.

 

Je vous laisse avec cette petite statistique pour vous permettre de réfléchir à vos habitudes alimentaires : La masse du bol fécal d’un végétarien peut atteindre 300 grammes, celle d’une personne mangeant viande, charcuteries, pain blanc…100 grammes. Il y a sûrement une leçon à tirer de ce mode d’alimentation lorsqu’on connaît l’importance d’avoir une masse fécale suffisante pour corriger la constipation.

 

Bonne assiette et bonne semaine!

CO2 ?
MINI-SITES

Réseau Écolo Inc.
Defiweb

PUBLICITÉ
 
Copyright © 2007 Reseauecolo.ca
Login