NOUVELLES
La Force du Réseautage

NOS CHRONIQUEURS
 
# 34 :LA MARCHE, UN FACTEUR NATUREL DE SANTÉ IMPORTANT!

                                            CHRONIQUE # 34 :

LA MARCHE, UN FACTEUR NATUREL DE SANTÉ IMPORTANT!

         (Troisième partie)       

 

MODE DE VIE ET MIEUX-ÊTRE

 

Pierre Choinière N. D.

Membre du C.N.Q. et de la

Société ÉducoSanté

 

 

 

Les gens qui font de la marche leur activité physique principale ont intérêt à connaître les différentes sortes de marche. Comme je l’ai démontré la semaine dernière, le simple fait d’augmenter la vitesse (rythme) de notre marche peut constituer une forme d’exercice parfaitement valable. Mais, contrairement à ce qu’on pourrait croire, il existe plusieurs façons de pratiquer la marche. Voici les principales formes de marches.

 

Cinq formes de marche

 

La première est la façon conventionnelle. Elle peut se pratiquer en déambulant, sans trop se préoccuper du reste. Cette forme de marche n’exige aucune technique particulière. C’est, comme on l’a vu la semaine dernière, en augmentant la distance et la vitesse de la marche qu’elle devient de plus en plus productive. Une bonne méthode pour calibrer nos résultats consiste tout simplement à compter le nombre de pas faits en une minute.

 

Dans cette méthode, les résultats obtenus sont évidemment approximatifs, puisqu’on ne cherche pas à déterminer la longueur des pas de chaque individu. Si une personne marche à un rythme régulier, elle n’a qu’à compter ses pas durant la première minute de sa période de marche. Si elle veut savoir si elle marche toujours au même rythme, elle peut recompter ses pas à quelques reprises durant sa séance d’exercice. Cette méthode est simple et les résultats obtenus sont valables. Si on ne se sent pas à l’aise avec cette méthode on peut avoir recours à un podomètre pour mesurer nos performances.

 

La personne qui fait 70 pas à la minute met 30 minutes pour couvrir la distance d’un mille. Il s’agit d’une marche relativement lente puisque sa vitesse est de deux milles à l’heure.

 

Celle qui fait 90 pas à la minute met 24 minutes pour couvrir un mille. Elle marche alors à une vitesse de 2.5 milles à l’heure. Il s’agit d’une marche un peu plus rapide, mais qui n’a rien d’exceptionnel.

 

On commence à parler d’une marche un peu plus active lorsqu’on fait 105 pas à la minute. Il faut alors 20 minutes pour parcourir un mille. On marche alors à la vitesse de trois milles à l’heure.

 

La personne qui fait 120 pas à la minute a besoin de 17 minutes pour couvrir la distance d’un mille. Elle marche donc à une vitesse de 3.5 milles à l’heure. On peut parler ici d’une marche active.

 

Pour en arriver faire de la marche rapide, le but à viser est d’en arriver à faire 140 pas à la minute. Dans ce cas, il faut quinze minutes pour parcourir un mille. On progresse donc à un rythme de 4 milles à l’heure.

 

Évidemment, il est possible de marcher beaucoup plus rapidement. Certaines personnes peuvent faire 210 pas à la minute. Il leur faut moins de dix minutes pour couvrir la distance d’un mille. Ces personnes marchent à un rythme de plus de six milles à l’heure.

 

Au fur et à mesure qu’une personne acquiert une meilleure forme physique, elle peut écourter la durée de ses séances de marche et couvrir néanmoins la même distance. Si elle désire marcher durant le même temps, elle augmentera alors ses performances, en ce sens qu’elle couvrira une plus grande distance.

 

La deuxième forme de marche est plus exigeante. On la pratique spécifiquement en terrain accidenté. Les collines sont recherchées et permettent de marcher sur des pentes qu’il s’agit de monter et de descendre. Les terrains accidentés présentent beaucoup plus de difficultés que les terrains plats. Cette forme de marche permet d’accroître considérablement l’efficacité de l’exercice.

 

La troisième forme de marche est la montée des escaliers. Il s’agit d’une forme de marche qui peut être très exigeante. Elle sollicite fortement les muscles de la cuisse et provoque un degré d’essoufflement marqué. C’est une forme de marche qui ne convient bien qu’aux personnes déjà en bonne condition physique.

 

La quatrième forme de marche est la marche en puissance. Elle se pratique avec des charges aux chevilles et aux mains (marche lestée). Ces charges imposent à l’organisme des efforts importants. La perte calorique est par conséquent nettement plus grande. Cette forme de marche s’adresse aussi aux gens qui sont déjà en bonne condition physique. J’apporterai des précisions sur la marche lestée dans une prochaine chronique.

 

La cinquième forme de marche est la marche athlétique. C’est celle qui est pratiquée par les athlètes de cette discipline. Elle exige ce drôle de déhanchement qui permet de se déplacer très rapidement. Il s’agit d’une discipline très exigeante qui déborde largement le cadre d’un entraînement ordinaire.

 

 

Bon choix de marche et à la semaine prochaine.

CO2 ?
MINI-SITES

Réseau Écolo Inc.
Defiweb

PUBLICITÉ
 
Copyright © 2007 Reseauecolo.ca
Login