NOUVELLES
La Force du Réseautage

NOS CHRONIQUEURS
 
# 3 : LA RÉORIENTATION NERVEUSE

CHRONIQUE #3 : LA RÉORIENTATION NERVEUSE

 

 

 

 

 

 

CHRONIQUE

MODE DE VIE ET MIEUX-ÊTRE

 

 

 

 

 

 

Pierre Choinière n.d.

Membre du C.N.Q. et de la

Société ÉducoSanté

                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme nous le savons, la santé dépend directement du respect des lois de la biologie et de l’écologie. En prenant notre responsabilité et en adoptant un mode de vie sain et personnalisé en fonction de notre hérédité, nous permettons à notre POUVOIR AUTO-GUÉRISSEUR d’exercer ses bienfaits.

 

 

 

 

 

 

Mais quelle serait la première mesure à prendre pour donner un coup de main efficace à notre organisme dans l’accomplissement de son travail? Parmi tous les FACTEURS NATURELS DE SANTÉ, quand la personne est dans un environnement sain, le repos est le facteur à prioriser. La raison à cela est que le repos permet d’optimiser le phénomène de la RÉORIENTATION NERVEUSE. En prenant l’exemple d’une blessure, nous verrons comment l’organisme possède la faculté de mobiliser ses fonctions dans un but précis à un endroit précis et à un moment précis. Pour préserver le maximum d’intégrité cellulaire, l’instinct somatique, par le biais du cerveau et de son système nerveux, orchestre une multitude d’actions impliquant des hormones, des muscles, des protéines et des cellules spécialisées. C’est cette mobilisation spontanée d’énergie à des fins spécifiques que les naturopathes nomment RÉORIENTATION NERVEUSE.

 

 

 

 

 

 

Examinons ce phénomène naturel en décrivant en détail le comportement de l’organisme face à une blessure. Lorsqu’un tissu est lésé (brûlure, coupure, contusion), à la suite d’un accident ou autrement, le processus de guérison se met immédiatement en action pour corriger la situation. Ce processus implique trois phases visant à retrouver l’intégrité du tissu endommagé. L’INFLAMMATION est la première phase, elle se produit très rapidement. Elle indique clairement que le mécanisme de la guérison est enclenché. L’inflammation n’est pas une maladie, mais bel et bien un mécanisme de protection (elle est souvent perçue, à tort, comme la cause de la maladie). Elle implique la fabrication et la mise en place des substances nécessaires à la guérison au site de lésion. On observe ainsi de la rougeur, de l’enflure, de l’épanchement et de la chaleur en même temps que les vaisseaux sanguins se dilatent pour laisser le plasma se répandre dans les tissus avoisinants. Plus la blessure est importante et plus le corps nous force au repos par la douleur, la fatigue, la raideur, etc. On sent bien que nos forces sont orientées vers la région blessée; le phénomène de la RÉORIENTATION NERVEUSE est à l’œuvre.

La deuxième phase est celle de la PROLIFÉRATION. Elle nécessite de deux à trois semaines. Les cellules croissent rapidement scellant ainsi le site de la lésion. De nouveaux vaisseaux sanguins se forment pour nourrir ces cellules. Un tissu mou, le collagène, est produit en grande quantité, car il est fortement impliqué dans la guérison. En troisième lieu, on assiste à un REMODELAGE. C’est l’étape la plus longue de la guérison. Il peut nécessiter jusqu’à deux ans pour que la région lésée retrouve sa fonction et sa forme originale. À ce stade les matériaux inutiles ont été évacués ou autolysés faisant place à un tissu sain. Il va sans dire que cette phase ne sollicite plus le phénomène de la RÉORIENTATION NERVEUSE à proprement parler puisque l’état d’urgence est passé.

 

 

 

 

 

 

Ce processus de guérison inhérent à la matière vivante s’inscrit dans ce qu’il est convenu d’appeler le POUVOIR AUTO-GUÉRISSEUR. Cependant, pour qu’il puisse s’accomplir normalement, l’organisme doit disposer de réserves énergétiques suffisantes.

On comprend que la personne impliquée optimisera son retour à la santé en écoutant et en secondant son corps. Ainsi la fatigue lui indiquera de se reposer, la douleur de s’arrêter, le manque d’appétit de s’alimenter qualitativement et non quantitativement, etc. L’idée étant d’appuyer le corps dans ses actions.

 

 

 

 

 

 

Devant une inflammation subite provoquée par une blessure, la réaction de la plupart des gens et du milieu médical en est une de confiance face aux capacités de l’organisme à se guérir. Il en va tout autrement pour la plupart des affections, car le vrai sens de la maladie est très mal compris. Concevoir, par exemple, que le rhume et même le cancer ont pour origine des cellules lésées, irritées, INFLAMMÉES par des agents intoxicants comme les poisons environnementaux, n’est pas familier pour la plupart des gens. Imaginer que le corps a la capacité et la sagesse d’organiser des crises de désintoxication pour éliminer ces poisons en RÉORIENTANT SES ÉNERGIES NERVEUSES l’est encore moins. C’est pourtant ce que les naturopathes ont compris et enseignent depuis fort longtemps. Leur approche est basée sur la confiance envers le POUVOIR AUTO-GUÉRISSEUR de l’organisme.  

 

 

 

 

 

 

Je développerai avec grand plaisir des notions comme L’INFLAMMATION CELLULAIRE et les CRISES DE DÉSINTOXICATIONS dans mes prochaines chroniques. D’ici-là bonne santé!  

CO2 ?
MINI-SITES

Réseau Écolo Inc.
Defiweb

PUBLICITÉ
 
Copyright © 2007 Reseauecolo.ca
Login