NOUVELLES
La Force du Réseautage

NOS CHRONIQUEURS
 
# 24 : L’UNITÉ DE LA MALADIE (Sixième partie)

# 24 : L’UNITÉ DE LA MALADIE (Sixième partie)

CHRONIQUE

MODE DE VIE ET MIEUX-ÊTRE

 

Pierre Choinière N. D.

Membre du C.N.Q. (Collège des naturopathes du Québec)

 et de la Société ÉducoSanté

                                

 

 

Nous avons vu la semaine dernière comment la médication toxique pouvait contrecarrer les efforts purificateurs qu’entreprend l’organisme lors d’une crise de désintoxication.

Nous verrons aujourd’hui que les maladies chroniques sont l’inévitable résultat de la mauvaise gestion des maladies aiguës et ce, en particulier par le recours abusif des traitements anti-symptomatiques.

 

La sagesse de l’organisme

 

Lorsque dans sa sagesse l’organisme déclenche une crise de désintoxication (crise de guérison) ce n’est certes pas pour que nous venions stupidement intervenir dans le processus et y mettre un terme par le recours à la médication anti-symptomatique. Pourtant c’est exactement ce qui se passe chez un grand nombre d’individus. Dès le moindre signe d’élimination, par ignorance, ces individus s’empressent de prendre des médicaments toxiques par prescription de leur médecin ou en vente libre, et forcent ainsi leur organisme à délaisser ses efforts purificateurs pour s’occuper de neutraliser la médication hautement toxique.

 

Il est très étonnant qu’on ne reconnaisse pas dans le monde médical officiel une telle réalité physiologique. On s’attaque au symptôme comme s’il s’agissait du pire ennemi alors qu’en réalité c’est un allié fidèle qui permet de purifier l’organisme et de lui redonner son intégrité tissulaire. Certes les symptômes d’élimination sont désagréables. Il n’est jamais intéressant de faire de la fièvre, de transpirer, de cracher, de moucher, d’éliminer par la peau, d’avoir des urines chargées, etc. Mais ces phénomènes d’élimination sont nécessaires aux gens qui n’ont pas su prévenir la toxémie par un mode de vie sain. Refuser ou désactiver l’action purificatrice de ses symptômes d’élimination est un peu semblable au fait d’empêcher votre mécanicien de changer les filtres (air, huile, essence, etc.) de votre voiture.

 

Les maladies chroniques

 

Il est malheureusement très rare, en dehors des milieux naturistes, que les gens reconnaissent l’importance des crises de désintoxication déclenchées par l’organisme et qu’ils contribuent à leur bonne évolution. Le recours à la médication toxique est encore beaucoup trop répandu et cette façon de procéder est directement responsable de l’apparition des maladies chroniques qui, comme nous le voyons, ne sont rien d’autre qu’une autre étape du processus unique de la maladie (l’intoxication).

 

Il faut bien comprendre que lorsqu’une crise de désintoxication ne parvient pas à sa fin, qui est l’épuration des tissus, il va de soi que l’organisme continue à être intoxiqué. De plus, comme nous l’avons vu, la dévitalisation (manque d’énergie nerveuse) s’accentue. Par la diminution de l’énergie et l’augmentation des déchets on en arrive donc à créer dans l’organisme une nouvelle situation : celle de la maladie chronique.

 

L’encrassement grandissant des tissus de l’organisme et l’incapacité pour celui-ci de corriger la situation malgré plusieurs tentatives (maladies aiguës) mal gérées par l’individu affligé, conduit inévitablement à la maladie chronique. Celle-ci n’est rien d’autre en fait qu’une tentative limitée (moins énergétique) d’élimination des déchets, accompagnée d’une détérioration plus ou moins marquée de certains tissus. En effet,  il se produit toujours une certaine dégénérescence des tissus de l’organisme dans la maladie chronique causée par l’action corrosive des déchets (radicaux libres, molécules chimiques toxiques, etc.).

 

Nous verrons la semaine prochaine que la maladie chronique peut conduire aux pires souffrances.

 

Bonne semaine.

CO2 ?
MINI-SITES

Réseau Écolo Inc.
Defiweb

PUBLICITÉ
 
Copyright © 2007 Reseauecolo.ca
Login