NOUVELLES
La Force du Réseautage

NOS CHRONIQUEURS
 
# 19 : L’UNICITÉ DE LA MALADIE (première partie)

CHRONIQUE # 19 : L’UNICITÉ DE LA MALADIE (première partie)

MODE DE VIE ET MIEUX-ÊTRE

 

 

Pierre Choinière N. D.

Membre du C.N.Q. (Collège des naturopathes du Québec)

 et de la Société ÉducoSanté

                                

 

 

 

 

Les deux causes fondamentales à la maladie

 

 

Au mois de mars dernier, dans une de mes chroniques, je vous annonçais que j’étudierais avec vous, un principe fondamental, unique à la naturopathie. Ce principe est celui de l’unicité de la maladie. J’ai déjà abordé plusieurs notions se rattachant à ce sujet dans des chroniques précédentes, vous pourrez vous y référer à votre guise pour augmenter la compréhension de ce principe fondamental.

 

La plupart des gens pensent qu’il n’existe pas de lien entre les maladies. Ils peuvent être grippés aujourd’hui, eczémateux demain, asthmatiques à un autre moment et ils croient que ces trois affections n’ont aucun lien entre elles. Ils croient vraiment qu’il s’agit de troubles de santé complètement différents qui frappent l’organisme au gré du hasard.

Cette croyance n’est pas fondée sur la réalité, car au contraire il existe bel et bien une unité dans la maladie

 

L’unité de la maladie est une réalité physiologique évolutive. En effet, elle se manifeste vers des degrés de morbidité de plus en plus graves. Ainsi, on assiste au début à des troubles bénins qui se transforment éventuellement en des troubles de plus en plus sérieux.

 

Pour bien comprendre tout le processus de la maladie (nous l’étudierons graduellement dans les prochaines semaines), il faut examiner les causes fondamentales de celle-ci. Dès le départ, il faut définitivement abandonner l’idée que la maladie nous frappe sans raison, un peu comme si par caprice une puissance maléfique prenait plaisir à nous voir souffrir. Il faut plutôt ouvrir son esprit et accepter la notion de responsabilité face à sa propre santé.

 

Dans les faits, nous sommes responsables directement ou indirectement de nos maladies. Nous le sommes directement lorsque nous adoptons un mauvais mode de vie et nous le sommes indirectement par la pauvreté de notre hérédité. Ce sont là les deux causes fondamentales de la maladie.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’explication du processus

 

 

Le processus par lequel la maladie se développe et nous « frappe » est relativement simple. Tout commence par un stress auquel chacun de nous résiste plus ou moins facilement en fonction de nos réserves énergétiques (voir ma chronique # 3 La réorientation nerveuse). Ce stress provient ou de notre environnement ou de nos habitudes de vie.

 

 

Dans le cas de l’environnement, on doit évidemment tenir compte des différentes formes de pollutions (voir ma chronique # 17 : Le principe de précaution et mes chroniques # 9 et 10 : Les facteurs naturels de santé). La pollution de l’air que nous respirons, de l’eau que nous buvons, la pollution des sols qui détruit la qualité de nos aliments, la pollution par les radiations ionisantes, la pollution par le bruit, le climat psychosocial troublé, etc. sont autant de facteurs qui ont un effet déterminant sur la santé.

Du côté de nos mauvaises habitudes de vie, il faut mentionner l’alimentation dénaturée, les excès alimentaires, les carences alimentaires, le manque d’exercice physique, la consommation de médicaments toxiques, les vaccinations, les drogues, le tabac, l’alcool, les examens radiologiques excessifs, le manque d’équilibre émotionnel, les pensées négatives, etc.

 

Tous ces facteurs négatifs exercent sur nous des stress qui sapent notre énergie nerveuse et nous conduisent lentement, mais inexorablement vers la maladie.

 

Dans une prochaine chronique nous verrons par quel cheminement précis les facteurs négatifs entraînent la maladie.

 

D’ici là, bonne semaine!  

CO2 ?
MINI-SITES

Réseau Écolo Inc.
Defiweb

PUBLICITÉ
 
Copyright © 2007 Reseauecolo.ca
Login